La construction et le noyau d’un ski.

Nous avons vu ensemble de nombreux aspects du ski vous permettant de faire le bon choix lors de votre achat. La taille et les lignes de cotes sont vraiment importantes mais il y a un aspect sur lequel j’aimerais faire un focus, c’est le noyau du ski.

La structure d’un ski varie beaucoup d’un constructeur à l’autre, il est parfois difficile d’en faire une description précise dans la fiche article des produits. Chaque marque et chaque fabriquant ne manque pas d’idées pour améliorer le comportement des lattes. C’est pour cette raison que vous devez comprendre ce qu’ils vous mettent sous les pieds pour ensuite le traduire en « bénéfice utilisateur » et réaliser votre achat sereinement.

Certaines marques comme Salomon misent beaucoup sur la décoration du ski (même constat dans la randonnée avec les chaussures par exemple), déterminante pour que vous achetiez leurs paires. D’autres comme Rossignol misent surtout sur leur savoir faire qui réside dans la structure du ski.

Alors suite à vos nombreuses questions, j’aimerais simplifier ce sujet à travers un article illustré de photos et vidéos. Commençons par comparer le noyau de votre ski au moteur d’une voiture et vous allez tout de suite comprendre.

Allez on y va ?

1. Construction du ski par Injection pour les femmes et les débutants.

Comme son nom l’indique, l’injection consiste à injecter la matière directement dans le ski. Il s’agit d’un mélange de produits chimiques qui donnent du polyuréthane et que l’on injecte dans une coque sur une partie de la largeur du ski.

C’est Salomon qui a inventé l’injection il y a 20 ans avec le monocoque justement. Plus simple, plus rapide et surtout moins coûteux que la construction sandwich que nous ferons dans une seconde partie.

Les autres marques ont elles aussi donné des noms à leur skis injectés comme Cap chez Rossignol.

Le noyau du ski en mousse injectée

Le noyau du ski en mousse injectée

On moule le ski comme une pâte à gâteau avant de la mettre au four.

Même si l’injection est plus simple on peut avoir de nombreux éléments incorporés au noyau.

Au pied sur la piste, l’injection se traduit par un ski plus tolérant et corrigera les petits défaut du skieur débutant. Le rendu global sera très « smooth » et vous assura une glisse très fluide en douceur.

Pour comprendre, je vous invite à aller dans un magasin de ski et de plier une paire de latte construite par injection. Accrochez une main sur la spatule et appuyer sur le patin avec l’autre pour faire fléchir le ski. Vous verrez que le ski revient doucement vers vous. Il n’est pas agressif.

Voici l’exemple d’un bon ski par injection pour les femmes : Salomon Pure White 2015 (ski de piste).

Ski femme Salomon débutante

De la débutante à la skieuse confirmé le Salomon Pure White est le ski de piste idéal

Vous comprendrez donc que si votre matériel de glisse sera cool avec vous, il aura peu de répondant. Si vous voulez progresser et avoir un peu de relance dans vos virages vous serez donc limité, il faut en être conscient.

Les skis fabriqués de matériaux composites par injection sont donc bien destinés aux nouveaux skieurs jusqu’aux débuts des skieur confirmés

La carre vue de l'intérieure du ski

La carre vue de l’intérieure du ski

On les conseille également aux femmes puisqu’ils sont plus légers et donc plus agréables à porter pour retourner à la voiture 😉

Certaines marquent ajoutent même des fibres comme le lin pour adoucir encore plus la glisse.

Puisqu’on parle des dames, sachez également que le noyau de leur ski est relevé à l’arrière pour les aider à être face à la pente. Et oui nos femmes skient souvent « à cul » comme on dit. A modèle égal, la version femme sera aussi plus légère qu’un ski injection pour monsieur.

Dernière chose importante, les noyaux composites vieillissent également moins bien que les noyaux bois donc si vous skiez régulièrement au cours de la saison mieux vaut investir dans un noyau bois.

2.Construction sandwich pour les skieurs confirmés.

Le procédé plus classique, puisqu’il existe depuis toujours, est la construction sandwich. Elle consiste à superposer différents matériaux au cœur de votre ski et sur toute la largeur. Une presse vient ensuite assembler le tout pour former le produit final.

Ce procédé est plus coûteux car il nécessite l’achat de nombreux matériaux dont le bois en général. La technique d’assemblage coûte chère. La construction sandwich est donc destinée aux skis un peu plus haut de gamme.

Le Noyau Responsive frame de chez Elan.

Le Noyau Responsive frame de chez Elan.

Les noyaux en construction sandwich sont en général constitués d’alliages (tel que le titanal), de bois ou de métaux, il donne au ski sa solidité et surtout sa rigidité !!

La particularité de chaque matériau apporte plus ou moins de dynamisme et de flexion dans votre glisse. Le noyau se trouve au patin sous le pied, là ou votre chaussure transmet les forces les plus importantes. On parle de boîte à torsion !!

C’est pour cette raison qu’une personne de forte corpulence doit choisir un noyau bois même si elle débute. La mousse de l’injection serait trop souple et fragile sous le pied d’un skieur de 100kg.

Voici l’exemple d’un noyau de ski, vous pourrez trouver d’autres exemples chez Elan l’un des plus grands fabricants au monde.

Voici deux vidéos présentant la construction d’un ski. L’une dans les ateliers Français de la petite entreprise Bohême.

L’autre dans les ateliers de chez Wed’ze en Europe :

Pour booster les constructions traditionnelles en bois certaines marques ajoutent là aussi des matériaux permettant plus de rigidité et de dynamisme dans le ski. Je pense aux fibres piézo-électriques de chez Head qui courent dans le ski, et absorbent les vibrations.

C’est assez bluffant quand on les a aux pieds sur piste !! Ces fibres ont la capacité de transformer l’énergie mécanique en énergie électrique !! Lorsque vous sollicitez un peu votre ski en carving, les fibres reliées et traitées dans un circuit électronique se dilatent et s’allongent et vous propulsent gentiment en sortie de virage… Attention à ceux qui ne savent pas skier, vous êtes vite éjecté avec ce type de ski.

Voici un grand classique pour la vitesse et le carving !! Véritable avion de chasse, il est pour moi l’un des meilleurs skis de piste que je connaisse.  Il est à mettre en les mains de tout skieur sachant très bien « conduire » 😉  –> Voici le i Supershape Magnum à découvrir chez les spécialistes du Reblochon.

« un coup de pouce, catapultant le pilote dans le tour suivant »….

i Supershape Magnum + PRX 12s

i Supershape Magnum + PRX 12s

Si un jour vous avez l’occasion de l’essayer, laissez-moi un petit commentaire pour me dire ce que vous en avez pensé.

 

3. Cambre et Rocker rendent votre glisse plus facile.

3.1 Les différents cambres de votre ski en bref.

Lorsque vous posez votre paire de ski au sol, vous constatez qu’il n’est pas complètement à plat. Il est « Cambré » !! La plupart des skis sont ainsi, vous permettant d’amortir les vibrations et de dynamiser votre glisse. Le cambre donne de la vie à votre ski tout en le rendant plus agréable.

Il existe différents types de cambres. Le cambre classique, le cambre plat,  et le cambre inversé..

Le cambre classique est celui que l’on retrouve sur 80% des skis. Du polyvalent à celui de piste il permet d’avoir du contrôle tout en assurant le dynamisme nécessaire à la pratique.

Le cambre inversé déplace les points de contact des extrémités (habituellement sur cambre classique) au centre du ski. Les skis prennent alors la forme de la banane. Cette forme est idéal en hors-piste pour éviter de couler sous la poudreuse.

Le cambre plat est peu courant. On le trouve surtout dans le snowboard et/ou dans le ski freestyle. Il permet beaucoup de stabilité mais il manque de « pop » c’est à dire de dynamisme. Je conseille donc un minimum de cambre. Ne tombez pas dans les extrêmes, vous pourriez être déçus.

3.2 Le Rocker à toutes les sauces.

Le Rocker quant à lui est la direction assistée de vos skis. Je pense que cette phrase résume très bien ce qu’est le rocker. Vous n’aurez pas l’impression de l’avoir lorsque vous skiez mais si on vous l’enlève vous le sentirez.

Il existe depuis plus de 5 ans et est devenu courant voir incontournable sur les nouveaux modèles !! Au même titre que l’apparition de la direction assistée sur nos voitures.

Même si les rocker sont plus au moins long et plus ou moins prononcés on les retrouve toujours en spatule et au talon.

Les différentes formes de rocker

Les différentes formes de rocker

Cette option permet à votre ski de tourner plus facilement, de faciliter l’entrée en courbe et d’éviter de tomber dès que la neige est fraîchement tombée sur la piste !!

En amorçant plus facilement votre virage, vous progresserez plus vite que vous soyez débutant ou expert. Les pros y verront un moyen plus rapide de « rentrer en courbe ».

Sachez qu’avec un rocker avant et/ou arrière il ne faut pas hésiter à prendre des skis 5 à 10cm plus grands. Je vous invite à lire mon article sur le choix de la taille pour en savoir plus.

Ne confondez pas le rocker avec le bumper qui est la pièce qui protège la spatule des chocs et des frottements.

En ski hors-piste (freeride), le Rocker permet de flotter sur le neige c’est ce qu’on appel « déjauger » dans le langage technique. Ce sont les freeriders qui ont développé les premier rocker.

En compétition, un léger rocker de 10% se trouve sur le matériel des pro, permettant une entrée en virage plus rapide.

Quel que soit le type de latte que vous décidez d’acheter (construction sandwich ou injection), je vous conseille vivement des skis possédant des rockers. Au minimum un rocker avant.

Il est l’une des grandes avancée des dix dernières années après l’arrivée des skis paraboliques en forme de « taille de guêpe ».

Conclusion :

Maintenant que vous avez tout compris des différents procédés de fabrication d’un ski et des différentes options qui s’offrent à vous, vous pouvez choisir en toute autonomie la paire qui vous correspond.

Grâce à cet article, j’espère vous avoir aidé à comprendre le descriptif que vous pondent les marques afin que vous puissiez choisir en toute autonomie. Cela vous évitera de faire face à un vendeur saisonnier qui n’y connait rien et au mieux, de comprendre ce qu’il raconte pour pouvoir poser les bonnes questions 😉

J’espère avoir utilisé un vocabulaire simple avec mes amortisseurs et mes moteurs. Puisqu’on a comparé le matériel à une voiture, sachez que vous serez limité avec des skis débutant en injection si vous souhaitez progresser au même titre qu’avec une voiture sans permis 😉

Prenez le temps et faites le bon choix.

Rejoignez-vite l'aventure !

Vos centres d'intéret :
Rating: 4.7. From 3 votes.
Please wait...

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Pin It on Pinterest

Shares
Share This
Plus dans Montagne, Ski
Des Single Track comme on les aime
Mont St-Odile quand tu nous tiens ! Trail idéal à 30min de Strasbourg.

Une petit billet rapide pour vous faire un compte rendu de ma course sur le Mont Saint Odile à 30min...

Fermer