L’histoire d’une pêche en Nymphe à vue avec les Gipsy King

Dimanche 12 juillet, un weekend jusque là tout à fait normal chez les beaux parents en Alsace.

J’ai pris ma canne à mouche et quelques nymphes avec moi pour aller explorer le contre canal de drainage le long du Rhin du côté de Plobsheim.

En début de saison, je m’étais éclaté par ici sur les brochets au leurre. Il y a des bras de rivière partout et partout ou il y a des bras, il y a du brochet qui s’y cache.

Mais c’est sur le contre-canal que je suis venu pêcher. C’est un parcours qui a été réservé exclusivement pour les moucheurs en no-kill. L’eau est propre et fraiche, à priori quelques truites y vivent paisiblement.

Certaines relâchées par la pisciculture du coins d’autres (toujours à priori) nées dans ce cours d’eau ou du moins acclimatée depuis plusieurs années.

On y trouve également du brochet mais aussi de la Carpe, du Barbeau et du Cheche le tout pêchable à vue !!!

Un poisson reste un poisson et si je peux aller plier du carbone le dimanche matin quand je suis chez les beaux-parents, moi ça me va très bien.

Après un petit dej à 7h du mat avec la beldoche, me voilà partis en direction de Plobsheim vers la base nautique du plan d’eau. Je commence au streamer pour tenter de faire un brochet ou une grosse truite à la fraiche quand les gros poissons ont l’habitude de sortir.

Ma pointe est en 14/100ème comme souvent, ce qui me permet de rester polyvalent.

Aucune attaque à part une petite perche toujours sur mon streamer fétiche.

Le soleil commence à taper vers 10h, je change de stratégie en passant en nymphe à vue. Me voilà partis à scruter le fond de la rivière à la recherche de beaux poissons.

Je finis par tomber sur quelques gros fish en train de manger en queue de courant juste à l’entrée d’un pool. Je vois un flanc briller de temps à autre, il s’agit sûrement d’un jolis barbeau.

Mes yeux commencent à s’adapter au poste, je perfectionne ainsi mes dérives pour passer la nymphe au bon endroit.

Pendant ce temps, deux jeunes gamins du voyage (que j’appelle dans la vie de tout les jours « les Gipsy King ») se sont posté derrière moi pour observer la traque. Comme souvent les badauds sont attirés par la pêche à la mouche.

Pour leur partager le moment que je m’apprête à vivre, je leur demande si ils ont vu les beaux poissons qui sont sur le fond. Ils ne voient pas grand chose sans les lunettes polarisantes.

Alors pour leur fait vivre le moment autrement, je leur explique la manière dont j’essaie de les leurrer et leur montre de temps à autres les poissons quand ils sont le plus visible.

Je ponctue mes explications par « là c’est la bonne dérive, ça va le faire,…. ».

Après quelques échecs, le poisson finit quand même par s’emparer de ma nymphe !!

Le combat commence enfin et les gamins sont bluffés par l’allure que prend ma canne quand le poisson est au bout !! Il reste collé au fond et se laisse dériver en travers sous les algues. Je leur annonce que je vais casser d’une seconde à l’autre c’est sure, le fil passe dans les algues, le poisson tourne autour, « c’est mort fait chier ».

Après quelques secondes d’impuissance » canne tendue à bloque, je prend la décision de me jeter au bouillon car je sais que c’est mon unique chance de le mettre à l’épuisette.

Cela m’a permis de faire le tour des algues pour limiter le frottement de mon bas de ligne.

Après quelques minutes, je balance la gopro aux gamins pour qu’ils immortalisent une partie du combat car ça commence à durer et le poisson ne m’a toujours pas cassé !!!

Il s’agit d’un gros barbeau que j’ai piqué sur la pectorale, comme souvent avec ce poisson, ce qui explique ce combat sans fin. Après quelques minutes il finit quand même par monter doucement en surface.

Je tire sur la canne à la limite de la rupture pour lui sortir la gueule de l’eau, seule chance de le fatiguer un peu…

Après de longues minutes et un bras en compote, je finis par crier victoire : un barbeau de 68cm en 14/100ème fluorocarbone !!! Je n’en reviens pas…

Mes deux potes en train de tourner la scène me demandent s’ils peuvent le toucher. J’ai été marqué par ce petit moment de partage…

L’histoire continue un peu plus loin…

Plus loinn je me ferai la main sur 2 jolis chevesnes à vue. Mes 2 premiers amis sont déjà allé prévenir les copains. Deux autres « Gipsy » se rapprochent, c’est à eux de tenir la caméra. Cette fois ci, ils voient parfaitement les poissons se nourrir.

Après quelques passage, l’un des Cheche engame ma petite nymphe devant mes potes !!! Pendduuuuu !!!

« Ouah c’est trop beau » me lâche l’un d’entre eux au moment ou le poisson se retourne. Après un bref combat, je lui redonne sa liberté devant les yeux écarquillé des jeunes Gipsy.

Je continue de descendre la rivière et à mon retour, toute la troupe est partie chercher ses cannes à pêche pour tenter de faire un joli fish !! La scène était énorme avec ces Gipsy prêt à en découdre avec les poissons de cette rivière.

Vive le no-kill mouche de ce fabuleux parcours :-/

Avant de repartir et donc de saluer tout ce petit monde, un motard arrive derrière moi et s’arrête. Je lui demande d’avancer un peu afin de fouetter sans risque de l’accrocher. Il rigole et m’informe alors qu’il est « garde de pêche ». En effet, c’est écris sur son polo.

M-D-R !! Il ne manquait plus que ça dans mon histoire…

Il va au devant des jeunes (pêcheurs au lançer sans carte de pêche) et échanges quelques mots en leur expliquant qu’ils ne pouvaient pas pêcher ici. Après plusieurs échanges avec l’un d’entre eux, il se rapproche de mois et me demande : « Excusez-moi, il s’agit bien d’une rivière première catégorie ? » « Oui Monsieur » je lui répond.

Le garde : « mais c’est bien un parcours pour les moucheurs normalement ? » « Oui monsieur » je lui répond avec un sourire…

La scène aurait méritée d’être filmée. Tout ces « gamins du voyage » qui tentaient de faire du fish suite à mon coup de ligne sur ce no-kill et le garde qui finit par douter du règlement de ce petit parcours mouche….

Je garde juste un souvenir…. ENORME de cette journée de pêche !!

 

 

Rejoignez-vite l'aventure !

Vos centres d'intéret :
No votes yet.
Please wait...

4 Commentaires

  1. Magnifique poisson Ben, il parait que de temps en temps il y a des truites de mer énormes dans ce canal…

    No votes yet.
    Please wait...
  2. lubic

    Ton histoire est cool. Le dimanche chez les beaux parents, on ressent tous une envie parfois oppressante d’aller fouetter… « Et les badauds aux bords de l’eau souvent attirés par les pêcheurs à la mouche »,c’est tellement vrai.
    Bravo, une belle histoire, du No-Kill, des relâchés. Continue Mec

    No votes yet.
    Please wait...
  3. Merci. Content que ça te plaise…

    No votes yet.
    Please wait...
  4. Paul Frantz

    @ Yannick:des Truites de mer dans le contre-canal??? Les Fotos des poissons de rêve pris par Ken from Elsass par exemple sont des truites de réforme(Gros géniteurs relachés par la Fédé quand ils sont trop vieux pour la reproduction)qui prennent cette robe argentée comme toutes les grosses truites du Rhin. Je dis pas que c’est impossible, mais très peu probalble

    No votes yet.
    Please wait...

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Pin It on Pinterest

Shares
Share This
Plus dans Mes sorties, Pêche
Le Dessoubre par Clément Lavaux
Une semaine pour découvrir la pêche à la mouche en Franche-Comté

Tel était mon objectif cette année. Je suis partis avec mon pote Seb à la découverte de cette belle région....

Fermer