La Seigneurie du Triton, paradis perdu au milieu du Quebec.

Savez-vous ce qu’est une pourvoirie ?

Une pourvoirie est un lieu où l’on peut pratiquer la pêche et la chasse en toute quiétude. Je dirai que l’on peut comparer cela à une grosse baraque de Chasse en France.

Je voudrais vous parler d’une magnifique pourvoirie cachée au fin fond du Canada en Haute Mauricie (au Quebec). Je veux parler de la Seigneurie du Triton.

Pour parler rapidement de son histoire, c’est en 1886 qu’un ingénieur ferroviaire travaillant sur la liaison locale devint le père du Triton Fish and Game Club. Au début du 20ème ce lieu entouré de pas moins de 200 lacs, connu son âge d’or en recevant de grands personnages tels que Roosevelt, Churchill, la famille Kennedy, etc

La route est longue pour s’y rendre, les maisons à moins de 2h à la ronde se comptent sur les doigts d’une main. Quand vous arrivez au bout de votre chemin, il faut appeler la pourvoirie pour qu’un canot vienne vous récupérer.

Vous abandonnez un peu plus loin votre voiture au milieu des sapins et vous embarquez vers l’inconnu. Votre cœur bas de plus en plus vite et après quelques kilomètres votre souffle se bloque carrément car vous apercevez au loin la pourvoirie !!

La Seigneurie du Triton

La Seigneurie du Triton à votre arrivée.

L'arrière de la Seigneurie du Tritton

L’arrière de la Seigneurie du Triton

Les chiens sont chez eux et partage les sorties avec les randonneurs

Les chiens sont chez eux et partage les sorties avec les randonneurs

Vous allez rentrer dans un ancien monde.

Vous allez rentrer dans un ancien monde.

A partir de cet endroit vous oubliez tout le reste

A partir de cet endroit vous oubliez tout le reste

 

Ce que j’ai vraiment aimé c’est l’authenticité des lieux et surtout la volonté de la sauvegarder, c’est pour cette raison que j’ai décidé de parler d’eux sur ce blog. Moi qui aime le vintage, les bâtiments et la déco sont d’époque, l’électricité produit par un générateur est donc utilisée au minimum cela implique par exemple une simple ampoule 30W dans votre chambre et pas de chauffage, chose qui a pu « choquer » certains pensionnaires européens.

Oubliez donc votre portable et votre ordinateur et laissez à votre voiture vos tracas quotidiens.

Vous séjournez ici pour vous ressourcer auprès de dame nature. L’équipe de la Seigneurie du Triton vous traitera vraiment comme un roi et elle a réellement comme objectif votre épanouissement sur son territoire.

L'entrée de notre chambre

L’entrée de notre chambre

Notre petite chambre... ou Churchill a peut être dormi !!

Notre petite chambre… ou Churchill a peut être dormi !!

Vous n'êtes pas dans un film

Vous n’êtes pas dans un film

La famille n'est jamais bien loins pour entretenir le terrain

La famille n’est jamais bien loins pour entretenir le terrain

Sachez également que l’on y mange très bien, une cuisine relativement raffinée comparé à ce que l’on peut manger habituellement au Canada.

Les meubles d'époque

Les meubles d’époque

Notre petite table

Notre petite table

Pour les tarifs vous pouvez vous évader à partir de 120$ (canadien) la nuit en pension complète. Cela donne accès aux canots et kayaks, VTT, sentiers de rando, baignade, etc.

Comptez 85$ en plus pour la journée pêche ce qui inclut le permis de pêche, le trajet pour vous amener là ou vous souhaitez pêcher, la location de votre bateau à moteur, l’essence et la préparation de vos truites pour le dîner. De la pêche « all inclusive ».

Je remercie donc toute l’équipe de la Seigneurie du Triton pour les 2 jours qu’ils nous ont fait vivre sur leurs terres.

Les canapés pour vous détendre ou vous voulez dans la pourvoirie

Les canapés pour vous détendre ou vous voulez dans la pourvoirie

Les communs

Les communs

A la douche !! Attention pas de chauffage ...

A la douche !! Attention pas de chauffage …

Je remercie également Bruno de l’agence de voyage Ciel (spécialisé dans les voyages au Canada) au Luxembourg qui nous a offert les billets d’avion via un salon et surtout aidé à préparer ce voyage « à l’aventure » comme on aime. C’est un spécialiste, je vous conseille donc vivement de faire appel à ses services pour un voyage au Canada.

Je ferai un article complet sur notre trip au Québec mais en attendant je vous partage le petit film que j’ai réalisé pour vous mettre l’eau à la bouche..

En résumé voici ce que j’ai aimé à la Seigneurie du Triton :

Les plus :

+ L’authenticité des lieux et le cadre.

+ La générosité du personnel.

+ Très bon rapport qualité/prix

Les moins :

– Les prix « all inclusive » pour pêcher. Je trouve qu’il manque un permis pêche tout simple et plus abordable à la journée car on peut aussi s’y rendre en canot et pêcher ensuite du bord.

– Pas de chauffages dans les chambres (peu surprendre les frileux en début et fin de saison).

Maintenant que j’ai exposé quelques détails concernant la pourvoirie, j’accueille Nicolas sur Pêche et Sac à dos pour une petite Interview. Le but étant de vous faire vivre un moment dans cette grande baraque.

1. Hello Nico, peux-tu te présenter à mes lecteurs en nous parlant de ton histoire ?

Né en France en Charente Maritime , j’ai passé mon enfance dans un petit village du nom de Chermignac, mes parents étaient directeur et instituteur de cette école.

Nicolas et l'un de ses chiens à la Seigneurie

Nicolas et l’un de ses chiens à la Seigneurie

Nous étions entourés de champs et de forêts et passions avec mon frêre et mes amis nos temps libres, à jouer dans ceux-ci.

L’été nous partions faire du camping sauvage en Lozère dans les Monts de l’Aubrac, ou nous pêchions et profitions de la nature, durant le mois de juillet.

Pour ce qui est de la chasse et la pêche, nous avons été initiés très jeunes, mes grands parents chassaient, et mon pêre aussi.

Les leurres et la pesée du poisson !!

Les leurres et la pesée du poisson !!

Chasseurs de bécasses principalement, mais aussi la chasse à la tonne, mon père et mon grand père avaient chacun la leur.

Leurs voyages de chasse leur ont fait découvrir la région du Mayo en Irlande dans les années 70, ce qui nous a donné la chance , d’y aller en famille, pour les vacances d’été, Pâques et ou Noël.

Mon frère est installé là-bas depuis plus de 25 ans, mes parents, à la retraite continuent d’y aller plusieurs fois par année, mon père à plusieurs beaux records de saumons et truites de mer, sans parler des sorties en mer.

Bref chasse pêche et nature, bercé de traditions.

À l’âge de 14 ans en 1991 je suis entré à l’école hôtelière de La Rochelle, ou j’y ai fais mon BTh,

En 1992, nous avions été choisis, avec d’autres classes en France pour travailler en restauration pour les athlètes aux JO de Barcelone.

À la fin de mon Bth , j’ai eu la chance d’être sur la première cohorte du programme, PETRA, échange avec des écoles de Munich et Southampton. Nous sommes partis 30, 6 mois en angleterre (2 mois à l’école, 4 mois en entreprise) et à Munich ( 2 mois à l’université de Munich pour apprendre l’allemand et 4 mois en entreprise).

La cabane du pêcheur, très cliché mais c'est ainsi !!

La cabane du pêcheur, très cliché mais c’est ainsi !! Vous prenez votre musette et le permis et vous y aller !!

De là, reprise d’un BTS’, représentation en première année durant 3 semaines à Goteborg en Suede lors d’un échange avec l’école hôtelière, durant le salon international du tourisme

Stage de 5 mois en Norvège à Oslo et Lillehamer

À la fin de mon BTS le directeur général de la Seigneurie du Triton Pascal Cothet qui avait fait lui aussi l’école hotelière de La rochelle avait affiché un poste de « chef de cuisine ».

J’y ai repondu et voilà comment je suis parti au Québec !!

Hiver 2010 à la Seigneurie

Hiver 2010 à la Seigneurie

J’ai fais une saison, jusqu’en octobre, mon visa m’a demandé de rentrer quelques mois et j’y suis retourné pour l’hiver comme musher et animateur , travaillant dans la neige avec chiens et chevaux …

J’ai rencontré ma femme au Triton elle venait avec son père, (propriétaire) les fins de semaine, et dans mon cas ce fut « qui prend femme prend Pays…. »

Depuis 1995, nous travaillons donc à relever des défis constants sur ce superbe territoire de 50 kms carrés. Où la truite mouchetée est reine .

Ma "big one" de la journée avec mes nymphes Françaises

Ma « big one » de la journée avec mes nymphes Françaises

Nous avons en famille acheté les autres partenaires et une autre pourvoirie à Baie-johan beetz, pêche au saumon et truite de mer sur la côte nord.

Mon role directeur et vice-président.

Notre défi est de recevoir plus de 11 000 nuitées par année dans un endroit isolé et sans accès routier, de faire vivre une expérience unique à la clientèle, de gérer une équipe de 30 employés et de s’assurer que tout fonctionne sans accros, dans tous les domaines, restauration, pêche , maintenance, hébergement, relations clients, marketing etc….. Bref de quoi s’amuser à la pourvoirie !!

La famille n'est jamais bien loins pour entretenir le terrain

La famille n’est jamais bien loins pour entretenir le terrain

Vous n'êtes pas dans un film

Vous n’êtes pas dans un film

Mais avant tout, s’assurer que ma famille et mes trois enfants évoluent dans un cadre en pleine nature et soient heureux.

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur l’histoire de la seigneurie du triton, rendez-vous sur le site Internet.

2. Qu’en est-il de l’hiver au sein de la pourvoirie ? Qu’elles sont tes occupations ?

À la mi octobre nous fermons, nous restons seulement deux, moi et David, mon directeur adjoint, nous commençons alors les travaux que nous ne pouvons pas faire lorsque les clients sont présents :

– Peinture de tous les planchers, renovation et menuiserie, préparons les outils et traineaux pour l’hiver en vue du Buchage, nettoyage des frayeres, capture de géniteurs afin de conserver notre lignée unique de truites mouchetée, la lignée Triton.

– Beaucoup d’infos sur la lignée triton et les travaux fait sur notre site. Intéressant à lire.

La pourvoirie de nuit

La pourvoirie de nuit

IMG_1042

Du bois du bois et encore du bois, tout est d'époque

Du bois du bois et encore du bois, tout est d’époque

Les douches et les sanitaires sont en commun

Les douches et les sanitaires sont en commun

Le coins de la chambre avec vue sur la rivière

Le coins de la chambre avec vue sur la rivière

On se réchauffe autour du feu après une grosse journée de pêche

On se réchauffe autour du feu après une grosse journée de pêche

L’hiver nous avons le bureau à la maison, et en janvier février et mars, nous allons bucher nos 100 cordes de bois, ainsi que du bois pour la construction et rénovation, nous préparons la saison suivante et faisons des rencontres avec nos clients et des salons promotionnels.

La Seigneurie du Tritton sous la neige pendant l'hiver

La Seigneurie du Triton sous la neige pendant l’hiver

3. Qu’est ce qui est le plus dur pour toi là-bas, qu’est ce qui te retient dans ce milieu « hostile » ?

Je pense qu’il n’est pas difficile ce milieu, et pour moi moins hostile qu’en ville, il faut redoubler d’efforts pour lutter

Une riquette qui m'a pourtant procuré bien du plaisir

Une riquette qui m’a pourtant procuré bien du plaisir

contre la nature, mais le jeu en vaut la chandelle, aller travailler tout l’hiver en motoneige, profiter d’un petit village d’à peine 120 habitants et l’été notre travaille nous ouvre des portes infinies quant aux travaux et actions à faire, il n’y a pas une journée pareille, du matin très tôt au soir tard, la journée est pleine de surprise….

Les autres choses qui me manquent…..la mer et le rugby !!!

4. Est-il possible pour un pêcheur passionné de rejoindre une pourvoirie comme la votre pour y travailler ? Qu’elles sont les démarches dans les grandes lignes ?

Bien évidemment, un bon pêcheur peur devenir guide de pêche en pourvoirie, attention c’est souvent le cordonnier qui est le plus mal chaussé, ce qui veut dire que le guide de pêche passera la majeur partie de son temps à entretenir les équipements, nettoyer le poisson, diriger les clients, fouiller les lacs pour vérifier les profondeurs et les leurres qui fonctionnent , mais ne pêche que peu dans une journée, le but étant de faire pêcher le client…

5. Peux-tu nous parler de tes passions ?

  • Ma femme et mes enfants, point 1 de mes passions
  • La chasse, la pêche aux salmonidés et la pêche en mer, que je n’ai pas pratiqué depuis longtemps et le faire avec mes enfants.
  • Faire du canot portage.
  • L’aviation de brousse.
  • Faire de la construction, menuiserie etc,,,,relever des défis de tous genres, faire des choses que je n’ai jamais faite,
  • Je suis également responsable de la caserne du lac Édouard et également pompier a temps partiel, donc cela aussi me stimule, pas mal.
  • Le dossier de notre école de village où nous donnons des cours, afin de la tenir encore vivante à bout de bras….

Bref tout nouveau défi qui sort de l’ordinaire….

6. Qu’elles sont les techniques de pêche à la mouche les plus pratiquées chez vous ? Qu’elles types de mouches ?

Nous pêchons selon la saison à la traîne avec des streamers, mais aussi à la sèche lors des éclosions de mai et juin.

Sinon nous pêchons beaucoup avec des muddlers minnow toutes orange, n10 12, fred spécial (model maison), mon père nous fait aussi des GB (avec du poil de marabou orange et noir) très actives, des woodchuck caddis, des mickey finn, mosquito (n 14 16) bref, il y a beaucoup d’insectes dans ces milieux, ça prend beaucoup de mouches et surtout beaucoup d’observation, une fois le bon modèle trouvé, il suffit de ne pas la perdre.

Randonnée à volonté pour découvrir les lieux

Randonnée à volonté pour découvrir les lieux

La solitude fait parfois du bien...

La solitude fait parfois du bien…

Des dizaines de rivières séparent les étendues d'eau...

Des dizaines de rivières séparent les étendues d’eau…

On peut parfois commencer avec une muddler minnow, puis tout a coup éclosion de papillons blancs , alors l faut changer pour une muddler minnow toute blanche.

Puis éclosion de maringouin, on change pour une peite mosquito, et quand elle est difficile, des couleurs agressives (surtout le orange )

Idéalement lors de la première prise nous eviscerons et vérifions l’intérieur de l’estomac qui nous en dit long sur ce qu’elle mange…

7. Comme je te l’ai dit lors de mon passage, les pêcheurs à la mouche français pêchent essentiellement en NOKILL car nous avons une forte estime de nos prises et parce que la population de truites reste fragile chez nous.

J’ai été surpris par les quantités de truites (autochtones) de toutes tailles que peuvent prélever vos clients. Vous récompensez et recensez même les mouchetées de plus de 2 livres.

N’es-tu pas inquiet pour la population de vos truites ? Quant est-il de la mentalité au Canada en général ?

Nous travaillons en collaboration sur divers projets de restauration de lacs et frayeres avec la fondation de la faune, comme tu as pu voir nous travaillons sur nos frayères, avec notre biologiste nous reintroduisons des œufs et alevins prélevés sur nos géniteurs sauvages, afin de conserver notre qualité de pêche , cela fait plus de 20 ans que nous travaillons de cette façon et la qualité de pêche et de présence sur les frayeres n’est qu’en augmentant.

Nous travaillons 12 lacs sur un total de 20, nous conservons donc des zones qui ne sont pas pêcheés, nous limitons le nombre d’embarcations sur nos lacs et de pêcheurs, mais aussi limitons les quotas journaliers,

Le No Kill est très intéressant, en mai et juin , lorsque la température de l’eau est optimal , mais en juillet et août, peu de poissons survivront à cette technique, ils combattent déjà des températures d’eau à la limite de leurs conditions optimales, le fait de combattre et de remonter en surface en passant de 10 12 degrés à 22 degrés en surface, va souvent faire que le poisson va mourir, en se laissant descendre en profondeur.

La façon dont nous travaillons au Québec est de plus en plus responsable, effectivement il y a quelques années pas si lointaines, il y avait des videux de lacs, qui ne pensaient pas aux générations futures en pensant que la ressource était inépuisable.

Aujourd’hui les mentalités ont changé , les gens n’y vont plus nécessairement pour le quota, mais pour la qualité et une bonne bouffe.

Il ne faut pas oublier que les truites de 2 3 4 5 livres ne sont pas les meilleurs géniteurs, ils sont en fin d’âge, alors au lieu de les laisser mourir, autant s’en nourrir!

8. Pour terminer cette interview et nous faire rêver, parle nous de quelques truites records qui ont été prises à la Seigneurie du Triton (une anecdote, un souvenir).

La plus grosse truite prise au Triton pesait plus de 12 livres , dans les années 20, un record mondial, dans nos temps modernes dans les années 2000 une truite de 7 livres à été capturée.

Sachant que la taille moyenne d’une mouchetée est de 10 à 12 pouces…c’est un beau spécimen!!

Beaucoup mettent énormément d’efforts sur l’équipement, les techniques etc…en oubliant l’essentiel, « observer » et ne pas pêcher avec les yeux de l’habitude , lorsque vous êtes sur des territoires comme chez nous, fiez vous au guide et laissez le choisir votre équipement et l’endroit de pêche, ils passent leur journée sur les lacs, parfois les techniques les plus anodines sont les meilleurs..
 
Truite record prise à la seigneurie

Truite record prise à la seigneurie

J’ai vu un pêcheur prendre son quota en pleine canicule avec un bouchon à la ligne morte, alors que tout autour essayaient maintes techniques… un autre pêcher à la ligne morte avec un coupe ongle en guise de cuillère car il avait oublier son équipement au club house…. Ils n’avaient ni l’un ni l’autre le matériel top, mais ont observé la nature, écouté le guide et choisi la bonne méthode.

Nicolas

Rejoignez-vite l'aventure !

Vos centres d'intéret :
No votes yet.
Please wait...

1 commentaire

  1. Maude Lirette

    Bonjour, Saviez-vous que j’ai écrit un livre sur mon père qui a été le dernier gardien du Club Triton? «Gérard Lirette, dernier gardien du Club Triton, trappeur et coureur des boi.» Mon père a gardé ce prestigieux club de 1946 à 1981. J’ai 448 photos d’époque dans mon livre/photos. M. Hansen-Catta, de St-Gomain en France, a écrit 3 pages dans la revue Plaisirs de la chasse au mois d’avril 2014. On en parle dans Le Soleil (Québec) les 29 juillet et 23 août 2013. Ainsi que dans différents revues dont Yakwennra (Wendake), ma grand-mère est né au village huron : Amanda Sioui. Sur Youtube aussi car nous avons la télé communautaire ici à St-Raymond. Je possède des centaines de photos du Club Triton.
    http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinions/chroniqueurs/201308/22/01-4682361-retrouver-son-pere-dans-un-tiroir.php Merci, Maud Lirette

    No votes yet.
    Please wait...

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Pin It on Pinterest

Shares
Share This
Plus dans Aventures, Rencontres et découvertes
Test de Run light Décathlon
RUN LIGHT, avis mitigé sur la lampe pectorale de chez Décathlon

On la voit fleurir sur les plexus des coureurs ces dernières semaines, alors j'ai voulu tester cette lampe magique made...

Fermer