Comment évaluer son niveau de ski ?

Lorsque vous voulez acheter du matériel de ski comme les chaussures ou les skis eux même, on vous pose une question à laquelle il est parfois difficile de répondre.

Et pour ceux qui répondent un peu vite « je skie bien, le fais des pistes noires » il y a de fortes chances qu’ils repartent avec des skis qui ne sont pas fait pour eux si le vendeur n’a pas insisté en posant d’autres questions plus précises.

Cet article a pour but de vous mettre en réflexion sur votre véritable niveau de ski. Je vais poser plusieurs questions auxquelles vous devrez répondre précisément et cela déterminera ensuite votre niveau de skieur ou de skieuse.

Lors de votre achat de ski en magasin ou sur Internet n’hésitez pas à informer le vendeur ou le conseiller des réponses à ces questions. Il devrait déterminer plus facilement le modèle qu’il vous faut.

En général dans la plupart des magasins, les skis sont catégorisés du niveau débutant puis intermédiaire puis avancé et enfin expert.

Nous utiliserons globalement les mêmes termes pour vous aider à vous y retrouver

 

1. Les questions à se poser pour déterminer son niveau ?

JC Duss fait du ski

Je skie tranquille

1.1 Comment vous comportez-vous sur les pistes ?

1- Je skie vraiment doucement pour ne pas prendre de risque. J’ai besoin de place et de pistes avec peu de monde. Je recherche les pentes douces. Je fais souvent des pauses.

2- Je skie tranquillement pour le plaisir mais j’essaye d’améliorer mes virages et ma glisse. J’essaie également d’améliorer mes courbes et ma tenue sur les pistes. Je regarde les bons skieurs en essayant de les copier. Je prends de la vitesse et suis de plus en plus habile mais je reste prudent. Si je vais en dehors des pistes, je skie en arrière pour lever mes spatules. J’aime bien aller dans les sapins et couper dans la poudreuse pour m’amuser.

3- J’ai repris des cours ou j’ai été conseillé ou encore j’ai regardé des vidéos bref j’arrive tout doucement à un bon niveau de ski. Je suis à l’aise partout et je commence à tailler de belles courbes en prenant de la vitesse et de l’angle (le fait de pouvoir toucher le sol avec ses mains). J’aime vraiment le ski que je pratique de plus en plus comme un sport et plus vraiment comme un loisir même si ça reste les vacances.

4- Je suis parfaitement à l’aise sur toute la montagne. J’écrase mes entrées en courbe sur des pistes très pentues. En général les gens me regardent car la glisse est à la fois rapide et fluide et je suis capable de donner des conseils voir des cours à un ami. Si j’aime le hors-piste, il m’arrive de mettre les skis sur le dos pour « sortir » chercher de la neige fraiche. Dans ce cas je possède en général mon propre DVA, je maîtrise les différentes neiges et le risque d’avalanche.

 

Couloir du Dièdre du Lac d'Oncet Boris et Denis

La team MOTIVATION (Boris et Denis) à l’aise sur toute la montagne.

 

1.2 Quel type de virage faites-vous ?

Pour vous aider à répondre à cette question, j’ai réussi à vous trouver une vidéo qui résume les 4 niveaux de ski. Chaque niveau à son « type de virage ». Lorsqu’on se rapproche de l’excellence, un skieur novice ne verra pas une grosse différence sur la vidéo, il faudrait être sur les pistes avec mes bonhommes pour se rendre compte…

 

1- Je fais mes virages au ralenti et souvent en chasse neige car c’est le plus sûre pour moi. (Au début de la vidéo)

2- Bien entendu je ne fais plus de chasse-neige et je skie parallèle. J’arrive à enchainer les virages dérapés sur des fortes pentes en plantant les battons. J’ai le sentiment de skier de mieux en mieux. (A partir de 0,33 min sur la vidéo)

3- En me concentrant, j’enchaine maintenant les virages en carving sans déraper (virages coupés). Je prends de l’angle à grande vitesse et suis maintenant à l’aise sur mes carres. Je n’utilise plus vraiment mes battons à part pour m’équilibrer. (1,23 min sur la vidéo)

4- Je maîtrise parfaitement le carving même sur les pistes techniques. Je suis capable d’enchainer les virages dans les endroits les plus engagés de la montagne. (A partie de 1,42 min)

1.3 Quel est le programme de votre journée de ski ?

1- Je skie en général la demi-journée seulement voir moins si je suis fatigué. J’ai autant de plaisir à me poser en terrasse et apprécier la montagne. Je ne skie pas s’il neige et qu’on ne voit rien.

2- Je skie pour le plaisir avant tout et pour passer un bon moment à la montagne. Il peut m’arriver de skier la demi-journée ou la journée suivant la météo. Ce n’est pas du sport mais plutôt un loisir pour moi, je ne renoncerai pas à une raclette le midi et à une bonne bière. J’aime surtout la piste mais dès que je peux couper dans la poudreuse j’y vais pour m’amuser.

Descente hors-piste quand le soleil se lève

Ma petite descente hors-piste quand le soleil se lève

3- J’ai de plus en plus envie de skier seul. Si je reste en famille c’est surtout pour faire plaisir aux autres. Dès que je peux me faire une descente tout seul, je fonce. J’essaie de suivre les meilleurs skieurs que je trouve. Si j’aime le hors-piste, je commence à aller faire des traces là où la neige est encore fraiche.

4- Je suis en général à la première heure sur les pistes et je suis épuisé à la fin de la journée. Cela ne me dérange pas de skier seul et/ou de partir juste avec des amis un weekend. Quand je skie en famille j’ai besoin d’une heure ou deux seul pour quelques poussées d’adrénaline.

 

2.Votre véritable niveau de ski.

Maintenant que vous avez répondu à chaque question, vous devez constater que vous êtes en général toujours dans l’une des 4 cases proposées. Regardez la majorité car il se peut que vous soyez dans une case différente pour une question.

2.1 Découverte : je débute donc je suis débutant.

Vous avez répondu majoritairement le 1.

Le ski découverte est celui que vous pratiquez pour les premières fois. En général il s’agit de votre première semaine de vacances à la neige et vous ressemblez plus aux « Bronzés font du ski » qu’à de véritables professionnels de la glisse.

 

Déterminer son niveau de ski avec JC Dusse

Chacun son niveau de ski

Attention, certaines personnes peuvent rester à ce niveau durant plusieurs années. C’est le cas en général des femmes qui ont peur de la pente et qui n’aiment pas prendre de risque. D’autres skient uniquement pour accompagner les enfants et faire plaisir à tout le monde. Ce n’est pas une honte de rester dans la case « découverte », ne soyez pas tenté de dire que vous voulez progresser si ce n’est pas le cas.

Certains skieurs ont peut-être la capacité de skier sur des pistes bleues mais ils préfèrent s’éclater sur les pistes verte à faible allure.

Ce premier niveau est peut-être le seul ou la couleur de piste descendue a vraiment son importance.

 

2.2 Le perfectionnement : je suis de niveau intermédiaire.

Il s’agit du niveau où la plupart des gens sont. Le skieur en perfectionnement a pris des cours de ski pour débuter mais une fois qu’il est capable de skier à peu près de façon « parallèle », il peut voler de ses propres ailes. Avec une à deux semaines de ski par an seulement, il vous faudra du temps pour progresser ce qui explique ce niveau intermédiaire.

Pour passer au niveau de maîtrise, il vous faudra en général prendre à nouveau des cours. Beaucoup de gens l’ignorent mais prendre quelques heures de cours quand on sait skier permet de progresser énormément.

Parfois en donnant quelques conseils techniques ou en corrigeant les défauts des amis, ils ont carrément revu leurs manières de skier et ont redécouvert la glisse différemment.

Pour ma part j’avais le sentiment de m’ennuyer sur les pistes il y a quelques années ce qui m’amenait à faire essentiellement du « freeride » en dehors des pistes. Mais grâce à de bons conseils et surtout du matériel adapté j’ai réappris à tailler de belles courbes à grande vitesse sur des pistes bleues par exemple. Moi qui pensais que ces pistes étaient destinées uniquement aux débutants !!

Je suis passé ainsi au niveau « maîtrisant » alors que je pensais déjà y être après mes 15 ans de ski :-/ Une belle leçon d’humilité !!

 

2.3 Maitrisant / confirmé / avancé : vous vous rapprochez des meilleurs skieurs.

Le skieur confirmé maitrise le carving et se perfectionne c’est à dire qu’il est capable de passer d’une carre à une autre sans déraper ni « sauter ». Il enchaine les virages de façon fluide et propre.

La maitrise du ski ne passe pas forcément par la vitesse. Une personne en perfectionnement peut aller plus vite qu’un skieur confirmé. Même chose pour la couleur des pistes. Quelqu’un de confirmé peut descendre plus de pistes noirs qu’un expert qui pratique la vitesse sur piste bleue ou rouge.

Pour ma part, je pense être dans cette catégorie et je tente d’atteindre l’expertise tout doucement.

Vous n’êtes pas obligé d’habiter aux pieds des montagnes pour progresser, comme je le dis toujours, tout est une question de remise en question. Si vous avez envie de progresser, vous aurez un regard critique sur votre glisse, vous observerez d’avantage, vous mémoriserez mieux ce que vous avez vu en vidéo, etc

Une fois acquis le niveau confirmé, ce sont les années de pratique qui vous amèneront vers le niveau expert.

 

2.4 Expert : vous êtes le roi !

Le skieur expert pratique le ski comme un sport. Il prépare ses jambes avant les vacances ou le weekend à la neige. Il étudie les pistes et les couloirs hors-piste avec attention.

En général il se lève tôt pour profiter d’une neige de bonne qualité et lui arrive d’arrêter avant la fermeture s’il a tout donné. Il a tout donné car en général il profite du temps de midi que les vacanciers mangent pour continuer de skier !!

Le skieur expert est celui qui utilise ses skis comme un pilote de formule 1 utilise sa voiture. Il exploite au maximum les caractéristiques de son ski et de ses chaussures sans même s’en rendre compte. En effet le skieur expert n’est pas forcément expert dans le matériel. Je suis sure que certains d’entre eux se reconnaîtront expert à leur grande surprise.

A l’inverse, d’autres seront surpris qu’ils sont encore en perfectionnement malgré leurs 20 années de vacances passées à la montagne.

Comme je l’ai dit précédemment, le skieur expert est « regardé » que ce soit sur les pistes ou sur Internet. Beaucoup se sentent déjà expert mais ne le sont pas forcément j’en suis sûr.

Dernière chose, l’expert sait skier dans toutes les conditions et s’adapte facilement. Pour ma part, j’ai encore des difficultés à skier une neige croûtée et trafollée par exemple alors que d’autres y arrivent c’est ce qui me fait dire que je ne suis pas encore un « expert ».

 

Niveau débutant en ski

Voilà comment se caractérise un niveau débutant dans un magasin de ski

3. Quel matériel pour quel niveau ?

Tout le matériel que vous devez acheter doit correspondre à votre véritable niveau de ski. Ne négligez pas les accessoires comme les chaussettes en pensant que ce sont les mêmes pour tout le monde, c’est faux !!

3.1 Les skis suivant votre niveau.

J’ai écrit plusieurs articles sur le choix des skis que je vous invite à lire pour comprendre les détails techniques. Concernant les modèles que je conseille, je réalise en général un top 5 des skis Décathlon destiné aux skieurs en perfectionnement. Le skieur débutant louant en général ses skis.

Pour les skieurs maitrisant et experts je propose un top 5 des skis au vieux campeur car c’est l’enseigne spécialiste par excellence.

Globalement, c’est la construction et les matériaux utilisés qui déterminent le niveau du ski.

 

Il existe des skis polyvalents mais ne négligez pas ce qu'ils ont dans le ventre

Il existe des skis polyvalents mais ne négligez pas ce qu’ils ont dans le ventre

Pour faire simple et bref :

  • On utilise des mousses expansées à 100% (injection) pour le noyau des skis les moins chers destinés aux débutants. Comptez entre 130€ et 200€ pour ces skis.
  • Pour les skieurs intermédiaires, les noyaux sont en bois avec toujours un peu de mousse pour apporter la souplesse nécessaire. Comptez entre 200€ et 300€ en général.
  • On utilise ensuite en grande partie le bois pour les meilleurs skis qu’on renforce par des plaques de différents métaux comme le titane qui apporte de la rigidité pour les skieurs les plus exigeants. Comme nous l’avons vu avec les chaussures, les skieurs experts et confirmés écrasent et attaquent dans les virages c’est pour cette raison qu’on rajoute des inserts en métal dans les skis notamment dans la « boite à torsion » sous le pied. Ces skis varient entre 300€ et 600€ pour être large.

Si vous désirez plus de détails, je vous invite à lire mon article complet sur la construction du ski qui est bel et bien le plus important dans le choix du modèle par rapport à votre niveau.

Niveau intermédiaire en ski

Le niveau intermédiaire chez Décathlon

Le niveau expert en ski

et le niveau expert

Ensuite les lignes de cote peuvent déterminer également le niveau du ski (à moindre mesure car il y a d’autres variables qui rentrent en jeux).

Comme nous l’avons vu, le skieur débutant devra louer ses skis mais il pourra se servir de ces informations pour affiner les conseils du loueur en station

Un talon inférieur à 100mm sera destiné au skieur en perfectionnement lui permettant de faire des virages dérapés facilement.

Au-dessus de 100mm, le ski vise quelqu’un qui maitrises les virages coupés et donc le niveau intermédiaire puis maitrisant.

La largeur au patin est plus complexe et dépend surtout du programme souhaité. Plus le ski est large sous le pied, plus il sera à l’aise dans la poudreuse et handicapant sur piste. Plus il est fin, plus il sera à l’aise sur piste.

Globalement les dimensions extrêmes sont pour les skieurs experts. Un ski très très large est destiné à un freerider expérimenté. Un ski très fin sera plutôt destiné à un très bon niveau sur piste.

A l’inverse les tailles « moyennes » et les skis polyvalents sont plutôt destinés aux skieurs intermédiaires voir débutants.

Mais prenez ces informations avec précaution car il y a plein d’exceptions.

récapitulatif d'un niveau de ski sur une gamme complète

Des skis pour chaque niveau ici chez Décathlon

 

3.2 Les chaussures et leur flex.

Avant tout il faut se sentir bien dans votre paire de shoes de ski. Mais suivant votre niveau, vous devrez absolument prendre en compte d’autres facteurs déterminants.

Ne négligez donc pas la détermination de votre niveau réel (partie 1) dans le choix de vos chaussures.

Chaussure confort vs chaussure sport

Chaussure confort vs chaussure sport

Il y a quelques années, j’ai été séduit par une belle promo de Noël sur une paire de chaussures Salomon. En magasin, je les trouvais confortable, j’ai pris le temps de les essayer et de marcher mais une fois sur les pistes, j’ai été tellement déçu que je me suis résigné à les revendre pour en acheter une autre paire.

J’ai d’ailleurs retrouvé la photo des chaussures anciennes vs nouvelles pour que vous constatiez par vous-même la différence qu’il peut exister entre deux paires, ce qui n’est pas forcément évidant quand on les regarde en magasin.

Alors pour éviter ce type de déconvenue, commençons par l’indice Flex qui est le plus important dans une chaussure de ski. C’est le degré de flexion de votre chaussure. Plus l’indice est haut, plus la chaussure sera raide et difficilement pliable.

Plus le skieur est expert plus il écrase ses chaussures pour entrer en courbe et plus il aura besoin d’un flex élevé (chaussure rigide). Un skieur débutant quant à lui, aura besoin de souplesse et de confort et privilégiera les flex les plus petits.

Même si cet indice diffère suivant les marques je peux vous donner les grandes lignes :

  • Flex de 50 à 70 : Débutant
  • Flex de 70 à 80 : Perfectionnement
  • Flex de 90 : Confirmé
  • Flex supérieur à 90 : Expert

Attention, il ne faut pas généraliser. Il y a d’autres variables à prendre en compte comme le programme du skieur et son poids. Une personne qui fait des virages courts et/ou du slalom en compétition privilégiera un flex très élevé pour avoir une chaussure très rigide.

Une personne débutante mais de très forte corpulence devra également prendre un flex plus élevé que celui que j’ai conseillé pour son niveau.

N’hésitez pas à me poser vos questions dans les commentaires pour avoir plus de détails concernant votre profil.

Ensuite, les chaussures diffèrent suivant votre pratique avec des matériaux plus ou moins souples et légers. On utilise par exemple la bi-injection pour marier 2 plastiques et faire varier la rigidité autour du pied.

Pour quelqu’un qui fait du freeride à un bon niveau, sa chaussure devra être suffisamment souple pour lui permettre de gérer ses marches d’approche afin d’aller chercher son couloir. Cependant elle devra posséder un flex suffisamment élevé pour descendre en toute sécurité.

 

3.3 Les vêtements imperméables pour la neige.

Pour faire simple, je vais diviser en deux parties les vêtements pour le ski. Afin de vous aider dans les détails techniques, je vous invite à lire mon article sur les vêtements imperméables.

Si vous débutez/progressez et/ou que vous avez peu de moyens pour vous équiper, prenez des vêtements imperméables mais « enduits ». Leur atout est le prix, leur inconvénient est la perte de l’imperméabilité à la longue.

Concernant votre tenue en haut, une simple doudoune peut suffire. Vu la tendance de la mode avec la plume, vous pourrez peut-être même utiliser le même modèle que pour aller travailler .

Quand vous êtes débutant, vous bougez peu alors privilégiez la chaleur plutôt que la technicité si vous ne voulez pas geler dans les remontées mécaniques.

 

Ski JC Dusse

Assumez votre look et amusez-vous.

Si vous avez vraiment peu de moyen, n’hésitez pas à regarder sur leboncoin vous trouverez de bons vêtements pour un prix dérisoire. Les tendances changent vite et les vêtements sont peu utilisés.

Si vous êtes d’un bon niveau maintenant, que vous voulez des vêtements techniques, sachez que cela demande plus de moyens. Dans ce cas, privilégiez des vêtements membranés de type Goretex. Choisissez la légèreté et la respirabilité plutôt que la chaleur.

Vous en trouverez chez le spécialiste des vêtements de ski techniques (comptez entre 300 et 400€).

 

Veste technique Gore-tex pour le ski

Exemple d’une veste technique pour les skieurs exigeants

En effet, quand on skie de façon plus sportive on est très actif et on a de grande chance d’avoir chaud même quand il fait -5°C !! A part si vous faites du ski de randonnée, vous n’échapperez pas aux télésièges et donc à l’apport thermique des vestes haut de gamme. Légèreté ne veut donc pas dire que vous aurez froid.

Les vestes haut de gamme coupent fortement le vent mais restent légères. Ce sont vos couches intermédiaires qui apporteront la chaleur. Veillez donc à bien respecter le système des 3 couches.

Si vous avez un petit budget, vous pouvez rester sur un pantalon en enduction car la neige « mouille » peu (à part dans les Vosges^^). La seule chose à laquelle il faut faire attention c’est la chaleur. Ne superposez pas les couches avec un collant par exemple car vous risquez d’avoir chaud.

 

3.4 Les accessoires.

Ce qui me vient principalement en tête c’est le choix des chaussettes, un achat trop souvent négligé dans tous les sports d’ailleurs.

Même conseil que pour les vêtements. Choisissez des chaussettes de ski pas chères mais chaudes si vous débutez. Je pense à la chaussette first heat de chez Décathlon.  Si vous êtes frileux, ajoutez une sous-chaussette en soie.

Sachez que ce n’est pas le prix qui fait la chaleur, bien au contraire avec ce modèle.

Les chaussettes chères sont plus techniques et transpirantes, elles épousent parfaitement la forme du pied pour vous éviter les ampoules. Ces chaussettes sont donc destinées aux experts et à tout skieur actif. Je vous conseille de grandes marques comme Socks ou Monnet par exemple.

Je dois être honnête pour ne pas vous faire dépenser inutilement, concernant le masque, les gants et le casque, votre niveau n’influe que très peu.

Vous gagnerez en confort en dépensant plus d’argent dans ces accessoires mais force est de constater que ce n’est pas proportionnel au prix. Si vous avez un petit budget donc, vous saurez ou vous pouvez économiser.

 

Conclusion

Que vous soyez débutant ou expert en ski, vous avez pu constater qu’il existe du matériel pour chaque niveau. Il est déterminant de définir le votre pour connaître vôtre besoin exact au moment où vous vous déplacerez en magasin.

Pensez également à jeter un œil au niveau supérieur au votre car il est parfois utile d’acheter du matériel évolutif et vous avez l’envie de progresser.

Si vous avez encore des difficultés à déterminer votre niveau de ski, faites-moi signe.

Rejoignez-vite l'aventure !

Vos centres d'intéret :
Rating: 5.0. From 1 vote.
Please wait...

5 Commentaires

  1. Bonjour,

    Tout d’abord félicitations pour ton blog, il est génial et m’apporte souvent les réponses aux questions que je me pose notamment sur les aspects techniques de ce sport.

    Je souhaite changer mes chaussures cette année, ayant un niveau intermédiaire mais tendant de plus en plus vers confirmé et pesant 80kg pour 1m84, je pensais partir sur un flex de 90.
    Je pratique un ski polyvalent disons 50% piste 50% hors piste.

    Le choix de la chaussure vient à se poser, voila pourquoi j’ai besoin de tes conseils sur un modèle qui me plait esthétiquement, mais sur lequel je trouve peu d’info: http://m.snowleader.com/ghost-fs-90-orange-black.html

    Sur la description de snowleader: « Pour skieurs de niveau intermédiaire à bon niveau, à la recherche d’une chaussure de freestyle mais aussi pour les pratiquants qui souhaitent acquérir un modèle très polyvalent. »

    Hors sur le site de Salomon il parle exclusivement de freestyle, que je ne pratique pas, de plus il n’y a que 2 crochets de fixation, est ce juste esthétique ou est ce handicapant pour faire autre chose que du freestyle?

    Bref que penses tu de cette chaussure par rapport aux infos que je t’ai donné et que me conseillerais tu pour un budget aux alentours de 200€?

    Merci.
    Karl.

    No votes yet.
    Please wait...
  2. Mickaël Wlodarczyk

    Hello.
    En effet le freestyle est particulier. Les chaussures répondent à des besoins précis et je te déconseille le modèle choisis surtout qu’il semble être en rupture de stock.
    Pour l’indice Flex oui 90 me semble bien.
    Si tu veux rester chez Salomon je te conseille la série Quest notamment celle ci qui est pas mal : http://jump.beezup.com/871~68805762~80305cf5934b4871a26a5d7442b41699
    Bonne saison à toi.

    No votes yet.
    Please wait...
  3. Bonjour à tous,

    Tout d’abord, merci pour tous ces conseils ! C’est vraiment top ! J’ai une question plus personnelle. Des amis (skieurs confirmés) m’ont offert tout le matériel pour skier, chaussures, skis, bâtons ! J’ai juste peur que ce matériel soit trop perfectionné pour mon niveau (intermédiaire +, j’attaque dans les pentes mais en ayant encore besoin d’améliorer ma technique). Le matos est le suivant : skis nordica spitfire (bleu, rouge, blanc sur les sites de vente en ligne) avec chaussures Salomon quest (vertes et noires)…Pensez-vous que je puisse skier avec un tel matériel. J’ai peur de ne pas prendre de plaisir malgré mon envie de prendre des cours pour m’améliorer ! Qu’en pensez-vous ? Merci pour vos réponses et bon WE. Alexandre.

    No votes yet.
    Please wait...
  4. Hello. En effet c’est du haut de gamme mais je ne pense pas pour autant que ça t’handicape. Ne prends pas trop de vitesse pour commencer pour ne pas te faire éjecter dans les virages. Normalement ça devrait le faire, tu devrais apprécier je pense.
    A+

    No votes yet.
    Please wait...
  5. Merci pour ce billet très complet et ces conseils très avisés !

    No votes yet.
    Please wait...

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Pin It on Pinterest

Shares
Share This
Plus dans Montagne, Ski
Compression du cuissard KALENJI
Vêtements de running KALENJI : les limites de Décathlon.

Lorsqu’on "touche à tout" à l'extérieur, on pratique en général le VTT, le ski, la randonnée, le running trail, etc...

Fermer