8 conseils pour trouver des rivières à truites

Suite à de nombreuses questions sur mes lieux de pratique que je ne donnerai pas pour une raison évidente de “préservation”, j’ai réfléchis à vous répondre différemment et de façon constructive afin que vous soyez capable de tomber sur les mêmes poissons que moi. Votre plaisir sera bien supérieur que si je vous donnais les coordonnées GPS de tous mes coins de pêche.

Parfois certains d’entre eux sont reconnus par des internautes et d’autres m’informent même de “votre” passage depuis telle ou telle vidéo. Parfois des pêcheurs prélèvent beaucoup et je vois en effet le cheptel diminuer sur certains parcours. Mais aussi, parfois on m’annonce qu’il n’y a plus rien et quand j’y retourne j’arrive à refaire mes poissons habituels.

Ces différents constats méritent réflexion je pense et une fois n’est pas coutume, ce blog a vocation à apporter (réellement) quelque chose à ce qui existe déjà. Exit les articles sans grandes valeurs sur le énième leurre sortis par telle ou telle marque quand on sait que les pêcheurs qui prennent le plus de poissons le font avec 5 modèles maximums.

Comme vous l’avez sûrement remarqué avec mes images, je pêche une multitude de rivières différentes au profil également différent pour autant j’arrive en général à trouver de belles truites quelle que soit l’endroit.

Attention, je ne dis pas qu’il y a de la truite dans toutes les rivières mais je dis qu’il y a de la truite dans toutes celles ou je pêche, nuance (ça devient interessant, on s’approche du cœur de notre sujet).

Alors pourquoi tout parait si simple quand on regarde une vidéo de pêche Youtube ou de belles photos sur Facebook ?

Les raisons sont nombreuses mais si je devais résumer et vous répondre je dirais que c’est l’expérience de la lecture de l’eau.

Un vieille amis plus jeune que moi me rappelais encore il y a peu “je me rappelle dans le village, tu faisais tes devoirs au bord de l’eau quand tu étais gamin”. J’ai rigolé même si m’en rappelais plus vraiment par contre je me souviens en effet amener mes classeurs de cours de biologie et ma canne pour réviser au bord de l’eau la veille du bac. Je raconte cette anecdote car elle parlera sûrement au jeune que tu es peut-être quand je dis que j’ai passé énormément de temps au bord de l’eau !! Le but n’est pas de dire “j’ai tout vu, je sais tout” mais simplement de vous dire que “je passe énormément de temps au bord de l’eau”.

A la fin de mes articles, je dis souvent “maintenant, coupes l’ordinateur ou le téléphone et va à la pêche”. On peut apprendre à faire une maison avec des vidéos youtube mais on ne peut pas apprendre à pêcher uniquement avec des vidéos car la nature et les animaux sont bien plus subtiles et on n’a jamais vraiment finis d’en apprendre.

Alors désormais il est tant pour moi de dresser toute les subtilités acquises depuis ces années. J’ai ainsi pris le temps et la réflexion au cours de ces dernières semaine de dresser tous ces conseils en allant à la rencontre de différentes rivières que je pêche, caméra à la main pour vous les faire découvrir.

Pour les plus pressés, j’ai fait le choix de commencer par les conseils les plus importants selon moi jusqu’au moins “nécessaire” pour trouver votre secret spot !!

 

 

1- Cherchez les rivières bien oxygénées et fraiches.

Cherchez des rivières qui comportent des zones calmes et plates entrecoupées régulièrement de courants. En effet la truite aime naviguer entre ces 2 types de reliefs. Dans la saison on la trouve dans les zones calmes à l’ouverture puis dans les gros courants oxygénés quand l’eau se réchauffe en été. Ensuite elle se poste sur les gravières en fin d’année pour frayer.

Ainsi, les zone plates avec du courant permettent aux truites de se reproduire, les petites cascades liées aux enrochement apportent l’oxygène nécessaire.

Pensez également à observer les sources et les petits influents à la rivière qui apporte parfois une eau très froide et de bonne qualité.

On peut parfois observer des grosses tâches de plusieurs mètre carré au fond de la rivière ou les sédiments sont de couleurs plus clairs. Il s’agit en général d’une résurgence d’eau. Cette dernière est très froide vous vous en doutez. En été les truites aiment chercher ces zones d’eau froide.

Avez-vous déjà ressentit les courants d’eau froide dans un lac lorsque vous vous baignez ? Vous comprendrez que les poissons recherchent ces zones d’eau fraiche en plein été. A vous de les déceler en observant !!

Pour autant la truite a également besoin de zones calmes et profondes pour grossir. C’est pour cette raison que j’aime la pêcher en deuxième catégorie.

Les Chalk stream du sud de l’ Angleterre sont de beaux exemples de rivières à totoches. Un autre exemple est la Touvre dans l’Ouest de la France en Charente Maritime.

Attention si l’eau est trop stagnante, elle se réchauffe et laisse place aux poissons de deuxième catégorie comme le chevesne. La présence de ce dernier est donc un bon indicateur d’une eau bien oxygénée et froide.

 

2- Où sont les rivières calcaires ?

Même s’il s’agit surtout d’une question de taille de truite plutôt que de sa présence ou non dans la rivière, ce conseil me semble important car il permet de bien comprendre les suivants et le lien entre chaque.

Je ne peux pas m’empêcher de penser à mon ami vosgien Stanislas Freyheit qui s’est longtemps arrachés les cheveux sur des rivières magnifiques mais qui produisaient uniquement des poissons de petites tailles. Parfois tout est réuni MAIS la rivière est granitique et donc acide ce qui empêche le développement de la vie sous l’eau.

A l’inverse dans les rivières de plaine comme on en trouve dans le nord-est de la France, l’eau y est en général très calcaire. Un bon moyen de s’en rendre compte c’est de regarder à votre robinet tout simplement 😉 Dans ce cas, les poissons grossissent beaucoup plus vites car la nourriture y est (en théorie abondante).

Il arrive que l’on trouve des rivières de montagne calcaires au quel cas c’est en général le Jackpot !! C’est le cas de rivières mythiques comme le Doubs, l’Ain etc que j’ai d’ailleurs pu vous faire découvrir lors de mon voyage en Franche Comté.

Il arrive également que l’on trouve des rivières de plaine acides comme souvent en Bretagne par exemple. Les courants sont moins forts qu’en montagne et les frayères plus nombreuses mais la nourriture n’en demeure pas moins difficile à trouver.

 

3- Connaître le niveau d’étiage.

C’est la suite logique du premier conseil. Si la rivière est belle mais qu’elle est à sec en été vous ne trouverez rien.

Cela peut paraître logique mais les rivières subissent différents facteurs qui les épuisent. C’est le cas des barrages parfois mal gérés, des pompages pour alimenter les habitations ou les cultures dans les champs (quand je dis qu’on a parfois plus d’impact en modifiant notre façon de consommer plutôt que faire du no-kill), etc.

Du coup on peut trouver une rivière prometteuse lorsqu’on arrive au printemps dans une région et n’y trouver aucun poisson car on se rend compte qu’elle est complètement asséchée en été.

Pour autant, une truite est capable de vivre dans très très peu d’eau si elle reste fraiche et oxygénée. Cela me rappel l’exemple de l’Aube une rivière ou j’avais découvert de nombreux poissons malgré qu’elle soit à sec par endroit.

 

4- Rivière avec des arbres : de l’ombre et des branches.

Avez-vous déjà observé le comportement de vos vifs lorsque vous les stocker à la maison ? Ils cherchent toujours de l’ombre et d’ailleurs on conseille souvent de les stocker dans le noir. La luminosité est donc un facteur à prendre en compte sur une rivière.

Si les berges sont creuses et que le fond est accidenté, la truite trouvera de l’ombre pour se reposer même s’il n’y a pas d’arbre. C’est pour cette raison qu’on fait de belles pêches sur certaines gravières.

Pour autant, les arbres apportent de nombreux autres avantages.

Il diminuent la luminosité sur la rivière ce qui favorise la présence de truites et de poissons fourrage. Ils évitent également de nombreux prédateurs comme les cormorans qui sont de passages et qui descendent à pic se servir dans la rivière.

Le soir en été, les truites aiment particulièrement se trouver sous les branches d’arbres qui effleurent la surface de l’eau. En effet elles y trouvent une nourriture abondante. C’est d’ailleurs dans ces conditions que j’adore les débusquer. On observe des gobages légers et donc très discrets.

 

5- Analyser et comprendre la pollution.

Très souvent, les pêcheurs délaissent des cours d’eau jugés comme pollués mais ils ne font pas la distinction entre les différentes formes de pollution.

Rappelez-vous dans quelles conditions de pollution j’ai attrapé toutes ces truites derrière les jardins.

Il est donc important de comprendre les grandes lignes sans pour autant entre dans les détails scientifiques que je ne connais d’ailleurs pas.

Commencez par retenir que les pollutions les plus visibles sont souvent les moins nocives pour la rivière, je l’ai prouvé dans de nombreux articles.

La pollution organique (lisier, bous d’épuration, certains déchets ménagés des habitants, etc) par exemple est un type de pollution chimique que l’on retrouve souvent dans nos rivières mais qui ne sont pas forcément synonyme de mortalité.

Ces polluants organiques “naturels”  augmentent certes la turbidité des eaux et créer un phénomène d’eutrophisation avec une diminution de la quantité d’oxygène dissous. Mais si votre rivière possède une eau propre et oxygénée en dessous il y a fort à parier que les truites soient présentes.

De plus ce type de pollution apporte une nourriture riche comme le fameux vers de vase dont le poisson fourrage raffole. Donc plus haut dans la chaine alimentaire la truite se porte bien.

Même chose pour les pesticides qui certes développent la végétation dans nos rivières et colmatent souvent les fonds mais dans une moindre mesure ils apportent parfois de nouvelles caches aux truites.

Je ne veut pas faire l’avocat du diable mais simplement tenter de vous ouvrir à un état d’esprit différent, à une prise de recul sur les milieux afin d’appréhender différemment les rivières qui coulent prêt de chez vous.

Les pollutions moins visibles quand à elles sont souvent les plus dangereuses comme les métaux lourds par exemple. Il m’est arrivé de découvrir des rivières magnifiques comportant la plupart des facteurs évoqués dans cet article sans pour autant y trouver un poisson.

 

6- Des berges creuses pour “stocker” les truites.

J’ai en tête ces belles gravières qui sont vides de truites certains jours ou à certaines heures de la journée et pourtant on les retrouvent parfois en ébullition le soir lorsque les poissons sont actifs.

Mais d’où sortent toutes ces truites ?

J’ai mis de nombreuses années à comprendre et surtout constater le nombre de poissons que l’on pouvait “stocker” sous une souche ou sous une berge. J’ai eu une véritable prise de conscience en pêchant à vue car mes yeux sont sous l’eau et je peux ainsi observer le comportement des poissons.

Parfois il y a une seule petite souche et quelques racines seulement qui viennent découper la bordure et au moment ou une seule petite truite donne l’alerte sur 50m à la ronde des dizaines d’autres se réfugient au même endroit. Combien de fois je me suis demandé “comment font elles pour toutes tenir la dessous ?!”.

Vous devez donc apprendre à observer les bordures de votre rivière. Ce n’est pas toujours aussi évident qu’on ne le pense car l’effet de l’eau est trompeur sur la vision. Une bordure creuse de quelques centimètres parfois suffit à abriter un poisson à partir du moment ou la bordure apporte de l’ombre.

Je pêchait énormément en canal bétonné quand j’étais enfant et je faisait mes meilleurs pêches de carnassier là ou le béton était cassé sous l’eau en bordure et que cela formait une cache. Je pouvait l’apercevoir uniquement lorsque le canal se vidait en période de vidange.

En rivière à truite vous devez donc chercher les berges creuses car il se peut que vous ne rencontriez pas les autres cas de figure vu précédemment et que pourtant votre cours d’eau regorge de salmonidés.

Et si toute fois vous avez trouvé ce type de rivière, pêchez absolument les bordures.

Eric, un ami pêcheur au leurre expérimenté (et qui prenait bien plus de poissons que la moyenne) me disait toujours il y a quelques année : “je pose souvent mon leurre sur la berge d’en face pour ensuite le laisser dériver le long de celle ci. C’est au moment ou je reprend contact avec mon rapala que la touche intervient toujours”. En effet, comme nous le disons souvent, les truites sont dans leur maison et nous devons faire passer le festin devant leur fenêtre et pas 2 rues plus loin.

 

7- Rivière riche en nourriture : poisson fourrage et insectes

Voici l’un des conseils les plus amusant à mettre en œuvre. Comme je vous l’ai dit dans ma vidéo, mettez les pieds dans l’eau et allez retourner quelques cailloux pour voir ce qu’il s’y passe.

-La première chose à constater c’est de voir sortir un poisson à toute vitesse au moment ou vous retournez votre cailloux. En général il s’agit d’un chabot, poisson dont les truites raffolent. Suand j’étais enfant les anciens me disaient toujours que si je prenais un chabot en pêchant la truite (au ver en général), je pouvais remballer les gaules, je ne ferai pas de truite. En effet il leur est tellement difficile à en attraper que si un chabot rode dans les parages il ne ferait pas long feu.

-Ensuite on peut observer une multitude d’insecte sous les cailloux. Il s’agit simplement de l’état larvaire de toutes les “mouches” que vous trouvez en train de voler au dessous de l’eau en soirée. Les fameuses éclosions que connaissent bien les moucheurs. Ici encore, les truites ont besoin de tous ces insectes dans leur alimentation. Les portes bois sont parfois les plus difficiles à reconnaître (n’hésitez pas à couper leur fourreau en deux pour voir si elle comporte une larve) mais les gammares, ces petites crevettes d’eau douce sont beaucoup plus faciles à observer.

Le fait de retourner quelques cailloux permet d’apprécier la densité d’insecte dans votre rivière. Pour vous donner une idée du “beaucoup”, un caillou d’une vingtaine de centimètre peut abriter jusqu’à une trentaine de larves pour les rivières les plus fournies et parfois plus avec les gammares sur certaines rivières.

-Dernière chose plus ou moins facile à observer, c’est la densité de poisson fourrage. On entend par là les petits poissons comme le vairon, l’ablette, le goujon, le gardon et tout autre poisson de petite taille que les carnassier et les truites peuvent manger. Il apportent une nourriture très riche et permettent parfois de combler un manque d’insecte. J’ai vu des rivières avec peu d’insectes mais avec beaucoup de poissons fourrage et en général les truites grossissent très vite. C’est le cas des rivières de deuxième catégorie que j’aime pêcher.

 

8- La présence de juvénile si la rivière n’est pas alvinée par l’homme.

Dernier conseil très simple mais pas forcément évident pour tous les pêcheurs. En effet avant de trouver de la grosse truite au bout de votre ligne il faudrait savoir si votre rivière se porte bien. Une fois que vous avez pu constaté les faits précédemment évoqués vous êtes censé pouvoir observer des truitelles dans votre cours d’eau.

Attention tout de même à bien vous renseigner avant de crier victoire.

  • Dans certaines rivières (la majorité) l’homme déverse des bassines de truite d’élevage pour le plaisir des pêcheurs et indirectement ou implicitement pour palier au manque de cette rivière (ce qu’elle n’arrive plus à produire naturellement). Bien entendu vous pourrez donc avoir une rivière poissonneuse dans ce cas de figure.
  • Dans d’autres rivières, l’homme introduit des alevins de truite (en général prélevés soit en pisciculture ou sur des frayères de rivières voisines) afin de palier à un manque ou alors faire en sorte que le cours d’eau se “reconstruise”. C’est souvent le cas suite à de grosses sécheresses ou des pollutions ponctuelles (lisier déversé par un paysan par exemple).

 

CONCLUSION : Alors, quelle est la rivière idéale pour trouver des grosses truites ?

Vous l’aurez compris, la rivière magique qui regorge de grosses truites n’est vraiment pas loin de chez vous.

Elle est large avec des berges creuses et accidentées. Le lit de cette rivière comporte de nombreux arbres et autres rochers qui créent des caches naturelles et des courants pour les poissons. L’eau y est calcaire ce qui explique une nourriture abondante (poisson fourrage, insectes, etc) pour les truites. Les fosses de plusieurs mètres sont nombreuses même en plein été quand l’eau est au plus bas.

Alors même si tous les facteurs ne sont pas réunis, il arrive parfois que 2 suffisent pour produire une quantité impressionnante de truites. Chaque année je tente de vous le montrer dans l’une de mes vidéos avec des profils de rivière complètements différents (pour ceux qui pensent encore qu’il s’agit d’une seule rivière secrète).

Maintenant j’aimerai avoir votre avis et vos questions. Je suis sure que les anciens ou les pêcheurs d’expérience ont des conseils utiles à ajouter, des petites choses que j’ai peut-être oublié. Quant aux pêcheurs novices, posez vos questions si tout n’a pas été clair dans cet article.

Quand à moi je vous dit à très bientôt au bord de l’eau.

Rejoignez-vite l'aventure !

Vos centres d'intéret :
Rating: 5.0. From 1 vote.
Please wait...

2 Commentaires

  1. Super ton article pas mal de conseil surtout le fait de regarder si la riviere est riche en nourriture comme les larves etc.. Je le ferai ce week si j’ai le temps d’aller au bord de l’eau.. En tout cas c’est sur que c’est bien plus plaisant de chercher et trouver ses coins que de les piquer au autre.. Et c’est vrai que depuis quelques temps je m’amuse a dandiner mes vairons sous les souches ou berge et souvent il y a une truite qui remonte..
    Comme quoi jusqu’il y a 3 mois je pensais qu’une riviere ou je pêchais et toi aussi était morte mais en faite non c’était juste moi m’y prenais mal..

    A+ et continue tes articles ils sont vraiment différents

    Rating: 4.0. From 1 vote.
    Please wait...
  2. Merci Flo ton message résume bien. A+

    Rating: 4.0. From 1 vote.
    Please wait...

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Pin It on Pinterest

Shares
Share This
Plus dans Mes sorties, Pêche
Les plus grosses truites se cachent ici chaque année quand les vairons sortent
Comment pêcher la truite à l’ouverture ?

Nous sommes début Mars et vous vous demandez encore quel matériel acheter pour faire votre première ouverture de la truite...

Fermer