Une semaine pour découvrir la pêche à la mouche en Franche-Comté

Tel était mon objectif cette année. Je suis partis avec mon pote Seb à la découverte de cette belle région. Région que l’on retrouve depuis des années sur les magazines et forums de pêche à la mouche. Elles possèderaient les plus belles rivières de France pour s’adonner à notre pratique de pêche favorite.

Si on trace une ligne entre la première et la dernière, on arrive à 285km seulement pour pêcher 6 des plus belles rivières de France. Pas mal non ? Allez on y vas ?

Mise à part le Doubs et un peu la Loue pour mon pote, nous n’y sommes jamais allé car assez casanier quant il s’agit de pêche tant la Lorraine regorge de bonnes rivières.

Grosse truite de Lorraine par Yannick Jouan

La dernière de mon pote Yannick Jouan

Traverser la région de Franche Conté permet assez facilement de passer sur toutes ces rivières magiques. Le « Fishing trip » version « Road trip » est donc une solution idéale pour se faire une (petite) idée des parcours qu’offrent chacune d’entre elle.

Je vous invite bien entendu à suivre nos traces si vous êtes dans la même situation que nous. Je vais essayer de vous aider un peu.

1.Préparatifs du voyage et destinations.

Comme d’habitude, la règle que je m’impose est simple : un minimum de préparation pour laisser place à l’aventure au maximum. J’ai glané quelques informations à droite et à gauche pour au moins connaître les points de chute sur chaque rivière.

J’ai pu ainsi les matérialiser sur Google maps afin de guider notre route.

On retrouve ainsi le Dessoubre prêt de Saint Hyppolite, le Doubs sur la Franco-Suisse à Goumois, la Loue vers Lods, La Haute Rivière d’Ain du côté de Champagnole, la Bienne autour de Vaux lès-Saint-Claude, Neuville sur Ain pour la Basse rivière d’ain (un peu en dessous la Franche Conté).

D’un point de vue logistique, je commence à avoir l’habitude de préparer le sac à dos avec toile de tente, réchaud à gaz, sac de couchage bien chaud, petit jerricane d’eau, quelques bières et un peu de bouffe.

Concernant le matériel de pêche, j’ai fait très très light !!

2 boites de leurres (une pour le brochet et l’autre pour la truite) et quelques accessoires dans ma banane pour la mouche, le tout tient dans ce sac à dos !! C’est ainsi que je suis partis en chasse en Franche Comté 😉

Nous voilà partis sur la route des belles rivières que je vous propose maintenant de découvrir une à une par des photos accompagnées de quelques mots.

La Basse rivière d’Ain à Neuville sur Ain.

Malheureusement le temps n’étais pas de la partie au début du fishing-trip. Nous voulions aller pêcher la rivière d’Ain partie basse car elle est connue pour regorger de très grosses truites. Encore faut-il savoir ou aller 😉

J’ai pourtant grandis à côté d’Ambérieux en Bugey sans savoir qu’à quelques kilomètres on trouvais les plus grosses truites de France. Bon je savais à peine marcher à l’époque.

Les spot se trouvent autour de Pont d’Ain et sont connus par les spécialistes.

Sur le pont d'Ain

Sur le pont d’Ain

Le parcours de Neuville sur Ain est un classique pour faire une truite record. En effet, même si nous n’avons pas beaucoup trempé nos nymphes et nos leurres tant le temps était pourri, nous avons rencontré quelques spécimen hors-norme notamment un poisson de 70-80 au niveau des cassants dans les profondeurs sous le pont.

La grosse zébrée avait la gueule dans les gammares. Un peu comme une baleine se gave de plancton en pleine mer, ce thon d’eau douce n’avait qu’à ouvrir la gueule contre la roche pour laisser entrer les dizaines de gammares. Tu m’étonnes qu’elles sont grosses les totoches, c’est Macdo à volonté toute l’année sur cette rivière !!!!

La partie avale du pont est donc pêchable en nymphe à vue à condition d’avoir une bonne visibilité. La rivière étant très très large, le vent forme vite des vagues qui rident toute la rivière.

Mise à part quelques petites plages de sable que nous pouvions « contrôler » pour trouver une truite en train de se nourrir, le reste du parcours descend à pique en bordure sans trop de fond (1 à 2m) mais assez pour ne rien voir quand la soleil n’est pas présent.

La vallée est également assez encaissée et j’en profite pour vous prévenir qu’il y a de la circulation rive gauche avec la route qui longe la rivière. Le son se réverbère facilement ce qui n’est pas très agréable pour un bivouac au bord de la rivière 😉

Nous avons malgré tout apprécié le petit bois derrière l’Intermarché ou il est assez facile de se poser pour passer la nuit et faire un petit feu.

Bivouac à Neuville sur Ain

Bivouac à Neuville sur Ain

Concernant la carte de pêche pour la BRA (Basse rivière d’Ain), elle est classée en 2ème catégorie publique !! Que du bonheur quand on veut pêcher pas cher et pourquoi pas profiter de l’arrière saison quand la 1ère est fermée 😉

Pour les novices, cela veut dire que vous pouvez la pêcher sans carte particulière tant que vous avez la carte de chez vous (timbre CPMA de base).

Cela s’inscrit dans notre volonté d’être complètement libre et de pêcher quand on veut ou on veut, toujours dans le respect de la nature bien entendu.

La Haute-rivière d’Ain en dessous Champagnole (partie publique).

Vous l’aurez compris, nous avons préféré commencer par faire de la route pour entamer le sud de notre voyage pêche.

Après la Basse rivière d’Ain, c’est donc sur la « haute » que nous sommes allé. Nico 39 alias Nicolas Germain est le spécialiste du coins et il a publié un article intéressant sur toute cette rivière que l’on distingue de la partie basse par le lac de Vouglan et qui les sépare.

Si vous voulez y rester quelques jours et la découvrir de fond en comble, son article devrait beaucoup vous aider. De notre côté, nous sommes allé pêcher en aval au début du parcours public une fois de plus 😉 La pêche sans carte c’est fantastique !!

Pont du Navoy Haute rivière d'Ain

La Haute rivière d’Ain est restée propre.

C’est donc entre Pont du Navoy et Montigny que nous avons pêché la Haute rivière d’Ain.

rivière ain

Des courants et des graviers

Nous avons trouvé le parcours magnifique avec des fonds turquoises comme j’aime. PAr endroit on se serrait crus en Slovénie…

Les truites de l'Ain remonte ici taper les vairons

Les truites de l’Ain remonte ici taper les vairons

Comme l’indique Nico dans son article, on trouve sûrement moins de truites que du côté de Champagnole mais on croise bien quelques zébrées quand même et elles ne sont pas vilaines.

Ombre de l'ainOn trouve également quelques Chevesnes et barbeaux immenses. Ce qui nous a le plus surpris c’est la taille des ombres et la quantité. Ils se partagent les bordures et y vivent paisiblement en communauté.

Nous avons eu le plaisir de pêcher certains d’entre eux en prenant soins de les relâcher sans encombre (parcours no-kill total).

Ombre de 49cm sur l'Ain

Ombre de 49cm sur l’Ain

Nymphe à vue sur la Haute rivière d'Ain

Nymphe à vue sur la Haute rivière d’Ain

 

La Bienne, rivière de plus en plus convoitée.

Elle faisait partie de la rivière incontournable que nous voulions visiter absolument malgré la mise en garde concernant sa fréquentation.

Il y aurait eu énormément de monde qui se seraient rabattu sur cette rivière suite aux pollutions plus importantes sur les autres cours d’eau de la région. De plus, la rivière ayant été fermée l’année dernière, la réouverture à attiré beaucoup de monde.

Certains se sont déjà fait plaisir en 2015 😉

Stan Freyheit en début de saison sur la Bienne

Stan Freyheit en début de saison sur la Bienne

Grosse truite de la Bienne

Grosse truite de la Bienne

En effet, cela s’est vérifié durant nos 2,5 jours sur la Bienne.  Les truites sont belle et bien nombreuses sur ce cours d’eau et surtout, elles sont de belle taille avec une moyenne de 40cm environ à vue d’œil.

En discutant avec un pêcheur du coins, il nous disait que les truites étaient plus petites il y a dix ans et que les mortalités ont forcément écrémé le cheptel ce qui a permis aux survivantes de grossir.

La contre partie, c’est que les poissons étaient très très éduqué pour un moi de Mai. On se serait crus à l’étiage. Le niveau était très très bas et les truites faisaient demi-tours lorsqu’une nymphe plombée leur tombaient à 3m !! Si si 🙁

La Bienne est déjà très basse au mois de Mai

La Bienne est déjà très basse au mois de Mai

La berge du matin

Ma berge du matin, j’en ai pris pleins les yeux

Nous avons donc pris une bonne claque en faisant quelques poissons seulement durant le séjour.

Merci la pêche en sèche, merci la pêche en nymphe dans les courants, merci les truites myopes qui ont fini par succomber à nos présentations, merci à la baisse de luminosité en soirée.

Gros ombre de la Bienne

Gros ombre de 48 sur la Bienne

Les pieds dans l'eau

Les pieds dans l’eau

Jolis poisson pris en nymphe à vue dans un cadre magnifique

Jolis poisson pris en nymphe à vue dans un cadre magnifique

Une belle leçon d’humilité, nous qui faisons des poissons de 50+ en nymphe à vue sur les rivières de Lorraine !!

Ce qui nous a rassuré c’est de voir de bons pêcheurs ne faisant guère plus de poissons mais quand même ça pique un peu.

Concernant la carte de pêche sur la Bienne, elle est en domaine public de Molinge à Lavancia et le point de chute que l’on vous conseille est Vaux les Saint Claude.

En amont comme en aval, c’est sur ce parcours que vous verrez de la truite.

Parcours Bienne Vaux les Saint Claude

Le parcours de la Bienne

Quoi qu’il en soit, j’ai piqué quelques gros fish et me suis même fait cassé sur une grosse truite ce qui m’a convaincu d’y retourner 😉

Truite en nymphe à vue sur la Bienne

Pêche à l’arbalète avec une petite nymphe non plombée.

Aucun problème concernant le bivouac/camping, vous avez pleins de champs à votre disposition sur la rive droite. Ici encore, tendez l’oreille pour éviter le bruit de la route qui passe au dessus. Seul les habitants du coins vous saluerons en allant promener leur chiens sur les chemins qui longent la rive.

Bivouac sur la Bienne

Bivouac sur la Bienne

Un papy de 90 ans nous donnait la température le matin à 7h. Saluez-le de ma part, il passe un peu avant 8h pour promener son chien. Il nous expliquais qu’il faisait des 70 truites par jour il y a 50 ans en pêchant à l’Anglaise.

Pour vous ravitailler en eau au milieu de votre trip, il y a un robinet bien caché derrière la mairie à côté de la caserne de pompier. Merci bibi alias l’instinct du routard ^^

Pour faire vos courses, le mieux est de monter à Saint-Claude. Sur la route, jetez un œil à Molinge et à Chassal ou le parcours est à découvrir absolument.

Pour cela, il vous faudra prendre une carte à la journée ou à la semaine. Pour nous ce sera donc une idée pour la prochaine fois 😉

La Bienne à Chassal

La Bienne à Chassal

Paysages magnifiques sur la Bienne

Paysages magnifiques sur la Bienne

Au dessus du pont de Chassal

Au dessus du pont de Chassal

La Bienne à Molinge

La Bienne à Molinge

La Haute Loue à Lods

En remontant dans le nord de la Franche Comté on passe au bord de la Loue que nous avions également prévu de visiter du côté de Lods. Nous avons eu de bonnes informations concernant cette rivière qui a également connu pas mal de mortalité les années passées.

Elle se serait bien remise abritant ainsi de belles truites.

En voulant prendre notre carte à l’hôtel de la truite d’Or que l’on trouve à la sortie du village, le gérant nous a clairement fait comprendre que le prélèvement autorisé à nouveau cette année avait fait du tort à cette rivière.

Il était 16h et l’inconvénient de devoir acheter des cartes à la journée c’est qu’il faut s’organiser un minimum ce qui n’était pas notre fort durant ce trip.

Soit il faut faire un coup de soir en croisant les doigt de ne pas se faire contrôler dans la peine-ombre soit il faut lâcher 15€ pour une fin d’après-midi et autant pour le pêcher le lendemain.

Nous sommes allé nous poser au bord de l’eau pour casser une croute préférant faire quelques photos plutôt que de sortir les cannes. Le vent nous a suivis jusque là et au vue de la difficulté qu’un moucheur pas loin avait à poser son bas de ligne sur l’eau, nous avons abandonné l’idée de pêcher la loue cette fois ci.

Le cadre est beau mais le fond était bien colmaté pour ce milieu de saison.

La Loue à Lods

La Loue à Lods

Truite de la Loue sur un fond déjà très colmaté

Truite de la Loue sur un fond déjà très colmaté

Combien voyez-vous de truite ?

Combien voyez-vous de truite ?

Le Doubs à Goumois

A moins de 4h de chez nous, le parcours de la Franco Suisse est l’endroit idéal pour aller pratiquer la pêche à la mouche.

Je m’explique, le parcours est long et diversifié. On peut pêcher les fosses au leurre ou au streamer, les courants en nymphe ou en sèche, les plates en nymphe à vue avec de longues dérives et de beaux posés comme dans les magazines, etc…

Quelques gravières restent propres

Quelques gravières restent propres.

Surtout, on peut bivouaquer assez facilement, les gens sont sympas et on ramène du bon pinard et du comté au retour.

Du coup, c’est l’endroit que nous connaissions le mieux durant notre semaine de pêche.

Goumois est le rendez-vous des pêcheurs à la mouche en France. Le revers de la médaille, c’est qu’il y a parfois beaucoup de monde le weekend notamment et surtout après le premier weekend de juin qui marque l’autorisation de marcher dans l’eau. En effet, l’APPMA de la Franco-Suisse ne l’autorise pas dès l’ouverture de l’ombre. Dommage ?

Non, depuis plusieurs années on constate qu’une fois le wading autorisé, les poissons disparaissent des belles gravières avec peu de fond et surtout ils deviennent plus difficiles en se postant au milieu du cours d’eau.

Les locaux font le même constat et n’ont fait que conforter notre avis : aller sur le Doubs à Goumois avant Juin !!

Jadis, on attendait ce mois notamment pour faire de beaux coups du soir mais avec un peu de recul, c’est plutôt mieux d’y aller en mai. Certains désertent d’ailleurs cette rivière une fois que l’on peut patauger.

Pour ma part, je fais partie de ceux qui n’aiment pas trop m’aventurer dans le lit de la rivière c’est en partie pour cela que je pêche 95% du temps en cuissarde. Je ne suis pas un « vrai » moucheur ça doit être pour ça 😉

Concernant notre pêche, nous avons rencontré beaucoup de truites de taille assez petite pour l’endroit et seulement très peu d’ombres. Les poissons se sont laissé approcher plus facilement que sur la Bienne ce qui nous a permis de belles pêches en nymphe à vue comme en sèche.

Truite zébrée de Goumois

Truite zébrée de Goumois

Même sur le pré Bourassin, spot célèbre pour ses truites en nombre et donc sur-pêché à la belle saison, nous avons piqué plusieurs poissons dans quelques cm d’eau seulement.

J’ai une préférence pour le côté Suisse sur la partie aval du parcours ou nous avons d’ailleurs pu facilement planter la tente, le foins venant d’être coupé 😉

Bivouac le long du Doubs

Bivouac le long du Doubs

Nous avons également rencontré quelques poissons malades et affaiblis en bordure qui développent des champignons comme on a pu le constater lors de la grande pollution il y a quelques années.

Quand le Doubs coule peu, le fond se colmate vite et les poissons souffrent

Quand le Doubs coule peu, le fond se colmate vite et les poissons souffrent

La Doubs est bas

La Doubs est bas en ce moment

Malgré tout, les truites reviennent doucement et c’est plutôt en de bonne voie, si j’en crois les dires des

Catch and release

Catch and release

pêcheurs qui y sont tout les jours.

Ce qui m’a beaucoup choqué, c’est le colmatage du fond. La faut à un niveau très bas lors de notre passage, ce qui fait stagner l’eau et développer les algues. S’ajoute sûrement à cela, les pesticides que l’on retrouve dans l’eau et qui accélèrent le développement de la « mauvaise » végétation.

Voilà pour un résumé rapide de Goumois en mai 2015 😉 Ce qui a de sure, c’est que nous y retournerons.

Le Dessoubre

Il fait partie des rivières que nous voulions pêcher pour autant nous sommes resté là ou bon nous semblait. Pas de prise de tête durant ce trip, on a suivi nos envies et les rives du Doubs nous ont bien plu pour nous voir filer sur le Dessoubre du côté de Saint-Hypolite.

Du coup, nous y retournerons une prochaine fois car c’est encore moins loin de Goumois par rapport à notre domicile.

Je me contenterai d’une belle photo qui me fait rêver, prise par un certain Clément Lavaux que je salue.

Le Dessoubre par Clément Lavaux

Le Dessoubre par Clément Lavaux

La population d’ombre et de truite sur le Dessoubre est à peu près la même que sur le Doubs à priori. Si vous avez plus d’informations sur cette rivière en 2015, n’hésitez pas à les partager ici car c’est la seule que nous avons pu visiter.

Remerciements et conclusion:

« La liberté à l’état pure », comme je le disais à mon pote Seb en regardant les étoiles un soir autour du feu. En effet, le but d’une semaine de pêche avec la toile de tente est d’être avant tout « libre » avec un grand L. Pas de réservation, pas d’itinéraire précis et encore moins pour réserver ces « permis journée » à l’avance.

Une fois de plus le blog de Nicolas Germain m’a été utile pour la rivière d’Ain

Clément Lavaux m’a bien aidé également concernant la Bienne qu’il connaît bien. Mon pote Stan Freyheit m’a donné quelques ficèles également. La jeune génération prend la relève et ça fait plaisir.

Nous concernant, on aurai aimé faire plus de poisson bien entendu. Ces parcours étant tous très pêchés, les poissons éduqués nous ont donné beaucoup de fil à retordre. Pour ma part, cela m’a fait progresser. De quoi rendre les truites d’ici plus faciles 😉

Nous avons remarqué une fois de plus que le sujet de la pollution des rivières dans cette région est un débat compliqué. Nous l’avons bien compris en discutant avec différents acteurs sur les lieux de pêche. Beaucoup incriminent (sûrement à juste titre) l’industrie et l’agriculture qui met elle même pression avec les emplois qu’elle génère là bas. Pour simplifier, « Vous nous emmerdé avec ce qu’on balance dans vos rivières ? On délocalise et vous entendrez plus parler de nous ».

J’espère ne pas trop caricaturer, j’essaie simplement de donner quelques explications à tout ce qu’on voit de loin.

Un local non pêcheur nous parlait des producteurs de conté qui devaient faire face à la demande grandissante des autres pays. Comme je le dit toujours, c’est bien la sur-consommation qui est à l’origine de tout cela et donc nous tous.

Ce n’est pas en montrant du doigt l’agriculture qu’on sauvera le monde, je pense que c’est en changeant nos habitudes de vie que ça peut marcher. Tout le monde y va de son coup de gueule sur le net, voilà donc mon point de vue pour fermer la page de ce récit en Franche Comté 😉

Rejoignez-vite l'aventure !

Vos centres d'intéret :
No votes yet.
Please wait...

3 Commentaires

  1. Maxime

    Je suis du doubs près du dessoubre, superbe rivière qui a malheureusement connu une pollution et il a été fermer pendant quelque temps mais reouvert depuis 2015 avec un maximum de 2 truite par jour par pêcheur avec remise à l eau conseiller. Mais en ce qui concerne la population de truite elle n’a pas été trop réduite mais les ombre quand à eux on malheureusement un peu plus disparu… Superbe reportage et merci de mettre cette belle région en avant.

    No votes yet.
    Please wait...
  2. Merci pour le récit de ce superbe trip, j’avais l’impression d’être en vacances 😉

    No votes yet.
    Please wait...
  3. Quinot Eric

    Merci , je confirme les propos de Yannick.
    Superbe analyse !!
    Je descends dans le Doubs en mai .

    No votes yet.
    Please wait...

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Pin It on Pinterest

Shares
Share This
Plus dans Mes sorties, Pêche
Wenceslas_Hollar_-_Salmon_fishing_(State_1)
Pêche au leurre vs pêche au mort manié, et si tout était question de marketing ?

Qu’est ce qu’un leurre parfait pour la pêche ? Telle est la question qui a suscité cet article. La pêche...

Fermer